October 11, 2020 2:42 pm Published by

Nbre réel d’étages :
Pour ce qui est de la hauteur d’un bâtiment, le nombre d’étages présents est lié au nombre d’étages situés au-dessus du premier étage, qui est considéré comme le niveau moyen du sol.

La hauteur d’un bâtiment est définie comme suit : « le nombre d’étages compris entre le plancher du premier étage et le toit. »

Le premier étage est défini comme suit : « étage le plus élevé dont le plancher se trouve au plus à 2 m au-dessus du niveau moyen du sol. »

Le niveau moyen du sol est défini comme suit : « le plus bas des niveaux moyens définitifs du sol le long de chaque mur extérieur d’un bâtiment; calculé sans nécessairement tenir compte des dépressions localisées. »

Pour un bâtiment situé sur un sol relativement plat, il est généralement simple d’établir le « niveau moyen du sol » et donc le « premier étage » et la « hauteur du bâtiment ». (Consulter la Figure 2.) La procédure peut se révéler beaucoup plus ardue pour les grands bâtiments construits sur des sols irréguliers.

Figure 2. Établir le niveau moyen du sol

Lorsqu’un bâtiment résidentiel, un établissement de réunions ou un établissement d’affaires est bâti sur un versant, il peut être divisé en compartiments d’au plus quatre étages à l’aide de séparations coupe-feu verticales de 1 h. Ces compartiments peuvent alors être traités comme des bâtiments distincts au profit de l’établissement de la hauteur du bâtiment. Toutefois, l’aire totale du bâtiment doit être utilisée pour connaître les exigences de construction applicables (Figure 3). De plus, chaque section doit être accessible aux pompiers, conformément aux exigences visant l’accès pour la lutte contre les incendies. (Division A, article 1.3.3.4.)

Une fois le niveau moyen du sol établi, le premier étage du bâtiment est celui dont le plancher se trouve au plus à 2 m au-dessus de ce niveau moyen.

Figure 3. Établir le nombre d’étages

 

Nbre réel d’étages :
Pour ce qui est de la hauteur d’un bâtiment, le nombre d’étages présents est lié au nombre d’étages situés au-dessus du premier étage, qui est considéré comme le niveau moyen du sol.

La hauteur d’un bâtiment est définie comme suit : « le nombre d’étages compris entre le plancher du premier étage et le toit. »

Le premier étage est défini comme suit : « étage le plus élevé dont le plancher se trouve au plus à 2 m au-dessus du niveau moyen du sol. »

Le niveau moyen du sol est défini comme suit : « le plus bas des niveaux moyens définitifs du sol le long de chaque mur extérieur d’un bâtiment; calculé sans nécessairement tenir compte des dépressions localisées. »

Pour un bâtiment situé sur un sol relativement plat, il est généralement simple d’établir le « niveau moyen du sol » et donc le « premier étage » et la « hauteur du bâtiment ». (Consulter la Figure 2.) La procédure peut se révéler beaucoup plus ardue pour les grands bâtiments construits sur des sols irréguliers.

Figure 2. Établir le niveau moyen du sol

Lorsqu’un bâtiment résidentiel, un établissement de réunions ou un établissement d’affaires est bâti sur un versant, il peut être divisé en compartiments d’au plus quatre étages à l’aide de séparations coupe-feu verticales de 1 h. Ces compartiments peuvent alors être traités comme des bâtiments distincts au profit de l’établissement de la hauteur du bâtiment. Toutefois, l’aire totale du bâtiment doit être utilisée pour connaître les exigences de construction applicables (Figure 3). De plus, chaque section doit être accessible aux pompiers, conformément aux exigences visant l’accès pour la lutte contre les incendies. (Division A, article 1.3.3.4.)

Une fois le niveau moyen du sol établi, le premier étage du bâtiment est celui dont le plancher se trouve au plus à 2 m au-dessus de ce niveau moyen.

Figure 3. Établir le nombre d’étages

Exceptions pour la hauteur du bâtiment

Constructions hors toit : Le calcul de la hauteur exclut les constructions hors toit qui abritent de la machinerie d’ascenseur, de l’équipement de climatisation et de chauffage et d’autres services. Puisque ces pièces ne sont accessibles qu’au personnel de maintenance, elles ne devraient pas constituer un danger pour les résidents.

Mezzanines : une mezzanine n’est pas considérée comme un étage dans l’établissement de la hauteur d’un bâtiment à condition que (3.2.1.1.(3)) :

  1. son aire cumulée ne dépasse pas 40 % de l’aire sans cloisons de la pièce dans laquelle elle est située;

  2. à l’exception des bibliothèques dans certaines conditions (3.3.2.13.(3)), elle ne comporte aucune obstruction visuelle au-dessus ou au-dessous d’elle, excepté pour ce qui est des premiers 1 070 mm au-dessus de son plancher.

Figure 4. Hauteurs des mezzanines et du bâtiment

Les petites mezzanines, qui occupent au plus 10 % de l’aire du plancher inférieur (ou au plus 10 % de l’espace de la suite dans laquelle elles se trouvent), ne sont pas considérées comme un étage dans l’établissement de la hauteur du bâtiment, même s’il y a des obstructions visuelles qui excèdent 1 070 mm au-dessus ou au-dessous d’elles. Pour ces petites mezzanines, le nombre de personnes sera limité et l’évacuation ne posera pas de problème.

Au plus 10 % de la surface des plus grandes mezzanines peut être encloisonné; de tels espaces fermés sont généralement situés à l’arrière de la mezzanine (3.2.1.1.(7)). Ceci permet d’installer, sur la mezzanine, des espaces de bureau ou des salles de toilette qui, en raison de leur taille, n’accroissent pas considérablement le risque d’incendie et, par conséquent, ne justifient pas l’ajout d’un autre étage à la hauteur du bâtiment.

Chacun des niveaux de mezzanine qui se superpose partiellement ou complètement au-dessus du premier niveau doit être considéré comme un étage dans le calcul de la hauteur de bâtiment. Ceci permet de garantir qu’en présence de plusieurs mezzanines, celles-ci sont prises en compte dans l’établissement de la hauteur de bâtiment, pour des raisons de sécurité incendie ((3.2.1.1.(5)). (Consulter la Figure 5.) Ceci s’applique uniquement aux mezzanines qui ne sont pas déjà considérées comme un étage en raison de la limitation de leur aire ou de leurs visuelles. Cette règle ne s’applique pas aux mezzanines qui se trouvent essentiellement au même niveau, sur le même étage, mais qui sont séparées.

Le discernement est de mise quant à l’application de ces règles sur les mezzanines multiples et des limites sur les cloisonnements et les obstructions visuelles. Évidemment, plus la conception du bâtiment est complexe, plus le risque d’incendie est grand. Les principaux problèmes résident dans la rapidité avec laquelle les occupants pourront prendre conscience d’un incendie, ainsi que dans la facilité avec laquelle ils pourront évacuer les lieux en toute sécurité par la suite.

Figure 5. Plusieurs niveaux de mezzanines

Categorised in:

This post was written by CC Admin

Comments are closed here.